dimanche 16 novembre 2014

"I'm sensitive, and I'd like to stay that way..."

 Il est des personnes foncièrement bonnes. Prêtes à rendre service. Prêtes à donner, prêtes à se donner. Prêtes à se dévouer aux autres, à les aider, qu'elles les connaissent ou non : aider une personne âgée à marcher dans la rue, aider un enfant chargé à porter ses affaires, ramasser un papier dans la rue pour le déposer à la poubelle. Prêtes à distiller de petites attentions discrètes mais appréciables chaque jour. Des personnes qui s'émerveillent facilement et profitent de chaque petite joie de la vie comme si elle était un grand bonheur. Des personnes dont le choix de vie premier est de sourire à la vie et aux autres. Des personnes qui pensent que plus elles distribuent de sourires, plus les sourires se répandront et prendront leur envol pour inonder le monde. Des personnes souvent discrètes. Des personnes que les autres apprécient de voir, parce qu'ils savent qu'ils peuvent toujours compter sur elles pour avoir le sourire, être serviables et faire en sorte qu'ils se sentent bien. Des personnes qui sont tellement positives et souriantes que l'on a toujours l'impression qu'elles vont bien. D'ailleurs, c'est ce qu'elles répondent, invariablement, quand on leur demande comment elles vont : bien, toujours et irrémédiablement bien.

Et pourtant. 

Pourtant, il arrive que ces personnes soient fatiguées. 

Fatiguées physiquement.

Fatiguées moralement.

Il arrive qu'elles en aient marre de donner, toujours donner, et de ne pas recevoir de considération en retour. Parce qu'elles donnent tellement que les autres s'y habituent et ne pensent plus à dire merci. Les autres considèrent normale l'attitude affable de ces personnes et oublient, sinon de rendre, du moins de porter attention à ce que ces personnes donnent. Elles ne sont pas fatiguées de donner : c'est leur mode de fonctionnement, leur valeur, leur énergie, et elles n'envisagent pas un instant de faire autrement. C'est leur souffle de vie. Elles sont juste fatiguées, parfois, d'avoir l'impression que les autres considèrent comme un dû ce qu'elles leur donnent.

Fatiguées parce que, après s'être occupées de tout dans un dossier, elles se rendent compte qu'on a oublié de leur demander leur avis pour l'étape cruciale. Parce que, quand elles ont rendu service, on ne leur a pas dit merci. Parce que, quand exceptionnellement elles ont demandé à être relayées, elles ne l'ont pas été - pire, elles ont été critiquées parce qu'elles voulaient arrêter. Parce qu'à force de tant donner aux autres, elles s'oublient elles-mêmes. Parce que, après avoir pensé à une attention toute particulière pour une personne, elles se rendent compte que, dans le même temps, l'autre personne a agi de façon complètement égoïste sans penser un seul instant à elles. 

Il faut que je vous dise une chose. 

Sourire, donner, partager, c'est leur carburant. Mais, quand on a ce genre de carburant, on ne peut pas ne pas avoir de cœur. Ces personnes-là ont bien souvent un cœur gros comme ça et sont d'une grande sensibilité. Et c'est là leur écueil. 

Car beaucoup de choses les touchent plus que de raison.

Des choses qui ne marqueraient pas particulièrement le commun des mortels, peuvent les bouleverser. Les uns et les autres partagent le même monde, mais des émotions d'intensité différente. 

Je vais vous dire autre chose. Bien souvent, les personnes sensibles aiment l'être.  Elles rêvent que leur sensibilité soit contagieuse et que le monde s'apaise pour mener à une vie plus sereine pour tous. Elles aiment sourire, elles aiment donner, elles aiment partager... et elles adorent s'émouvoir pour de toutes petites choses. Mais en contrepartie, parfois, elles sont blessées par des paroles anodines ou non, des actes, des gestes qui sont totalement inconcevables dans leur mode de pensée. Mais pour rien au monde elles ne voudraient rendre leur sensibilité. 

Faites attention à ces personnes. Elles vous apportent beaucoup. Mais elles sont sensibles... et elles adoreraient le rester.


"I was thinking that I might fly today
Just to disprove all the things you say
It doesn't take a talent to be mean
Your words can crush things that are unseen

So please be careful with me, I'm sensitive
And I'd like to stay that way.

You always tell me that is impossible
To be respected and be a girl
Why's it gotta be so complicated?
Why you gotta tell me if I'm hated?

So please be careful with me, I'm sensitive
And I'd like to stay that way.

I was thinking that it might do some good
If we robbed the cynics and took all their food
That way what they believe will have taken place
And we'll give it to anybody who has some faith

So please be careful with me, I'm sensitive
And I'd like to stay that way.

I have this theory that if we're told we're bad
Then that's the only idea we'll ever have
But maybe if we are surrounded in beauty
Someday we will become what we see
'Cause anyone can start a conflict
It's harder yet to disregard it
I'd rather see the world from another angle
We are everyday angels
Be careful with me 'cause I'd like to stay that way"
Jewel - visible ici.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un ptit mot ! :)