dimanche 25 mai 2014

Twins !

J'avais envie de parler de ces deux petits gars que je connais depuis quelques mois et qui sont tellement attachants. 

Ce sont deux frères. Des jumeaux. Je ne sais pas comment j'ai fait, mais je n'ai pas vu tout de suite qu'ils étaient jumeaux ! Je crois que j'ai dû penser, tout d'abord, qu'il n'y en avait qu'un. Puis, quand je me suis aperçu qu'ils étaient deux, je ne les ai pas vus côte à côte à ce moment-là, et j'ai dû, simplement, me dire qu'ils se ressemblaient drôlement. Et puis un jour, je les ai vus l'un près de l'autre, et c'est là que j'ai (enfin) remarqué à quel point ils étaient semblables !

Deux garçons de 9 ans, aussi bruns l'un que l'autre, les yeux sombres et les mêmes fossettes qui se creusent dans le sillage de leur beau sourire. La semaine dernière, une amie de leur famille a dit : "heureusement qu'il y en a un qui a un grain de beauté !". Et c'est vrai. Ce tout petit point foncé au-dessus de la bouche est le seul repère qui permette au commun des mortels de les distinguer.

Pourtant, il me semble avoir perçu une légère différence dans leurs timbres de voix, l'un a la voix à peine plus grave que celle de son frère. Un petit je-ne-sais-quoi, aussi, au niveau de l'expression. Je crois avoir capté un regard plus en douceur chez l'un, et plus en détermination chez l'autre. La dissemblance est cependant très subtile, et j'essaie de m'entraîner à les reconnaître sans regarder le grain de beauté, juste en sondant leur âme par leur regard... mais c'est quand même moins fiable que le grain de beauté et je me trompe encore régulièrement quand je ne me base que sur ce critère !

Ces deux garçons sont uniques et vraiment pas ordinaires. Ils courent partout et font les 400 coups ; ils se disputent régulièrement et en viennent aux mains, ils grimpent sur des murs et sautent de haut, cassent des objets et courent dans la rue sans prêter la moindre attention au monde qui les entoure. Ils sont désemparés quand l'un est loin de l'autre, alors ils se cherchent, mais dès qu'ils se retrouvent, ils se battent, ou bien alors, ils remettent sur pied leur petite association pour aller, ensemble, faire de nouvelles bêtises. Ils portent en eux la joie de cette insouciance propre à l'enfance.

Leur maman m'a raconté que certains s'étaient permis de lui faire des remarques sur le comportement de ses garçons, sur le fait qu'ils étaient trop turbulents, parce qu'ils avaient vu, une fois, les garçons courir partout et ne pas se tenir tranquilles. Moi, je trouve dommage d'établir son avis sur une fois (ou même deux). J'ai envie de dire que les personnes qui parlent ainsi ne doivent pas vraiment connaître ces garçons. Car si elles les connaissaient vraiment, elles n'auraient plus envie de les critiquer. Oui, ils bougent beaucoup et ont du mal à tenir en place. Oui, nous, adultes, avons parfois du mal à rester de marbre face à l'agitation des enfants. Mais ce sont des garçons de 9 ans, peut-on vraiment leur reprocher de gigoter ?

Et puis, surtout, ils ont un cœur gros comme ça ! Ces deux petits bonshommes, en plus d'être des petits tourbillons d'énergie, sont aussi des immenses réserves d'amour et de joie. Quand ils vous voient arriver, ils vous sautent dans les bras, ils vous parlent avec animation, vous manifestent leur satisfaction de vous voir, et vous décochent leur large sourire qui, irrésistiblement, déclenche le vôtre en retour. Ces deux petits gars vous donnent tout leur coeur sans ambages ; ces deux petits gars, tout simplement, vous font du bien. Ils vous apostrophent de loin, vous demandent de vous accompagner où que vous alliez, vous prennent par la main pour vous emmener voir une personne qui leur est chère et que vous n'avez pas encore saluée, vous demandent votre avis sur des sujets qui les touchent, blaguent avec vous et vous narguent gentiment, se soucient de votre bien-être, puis vous raccompagnent à votre voiture, vous disent 15 fois au-revoir en vous demandant de rouvrir votre fenêtre pour continuer de vous parler, ont du mal à vous laisser partir. Et quand, enfin, vous démarrez, vous levez la main pour leur faire coucou, et c'est alors que vous vous apercevez qu'ils sont déjà repartis vers leurs prochaines aventures, vous oubliant déjà ! Mais cela ne vous blesse pas, bien au contraire. Vous souriez, attendri, en les regardant s'éloigner. 

J'avais envie de parler d'eux, parce que ces petits garçons me touchent beaucoup par leur spontanéité, leur joie de vivre et leur besoin insatiable de donner de l'amour autour d'eux.

Souvent, l'on a vite fait de juger les autres. On les regarde vivre cinq minutes, et puis c'est tout, notre impression est faite. Comme ces personnes qui ont dit à la maman que ses jumeaux étaient terribles et qui n'ont pas vu toute la beauté de la personnalité très complète de chacun de ces garçons. 

Gardons-nous bien de nous faire un avis trop rapide. Chaque personne recèle en elle des trésors, si l'on veut bien se donner la peine de les chercher. Et les personnes qui n'ont pas estimé nécessaire de se pencher plus avant sur nos deux adorables trublions ne savent pas de quelle joie elles se privent en refusant de les voir comme ils sont vraiment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un ptit mot ! :)