samedi 26 avril 2014

Formidable Monsieur Kipu !!

"M. Kipu puait. Il empestait. Il cocottait. Il schlinguait. Et si le verbe 'schmoutter' figurait dans le dictionnaire, on écrirait ici qu'il schmouttait. Il était le pueur putride le plus pestilentiel qui ait jamais existé sur Terre." Ainsi commence Monsieur Kipu, de David Walliams, illustré par l'inénarrable Quentin Blake.

L'histoire met en scène ledit Monsieur Kipu, clochard qui squatte le même banc tous les jours, et dont personne ne s'approche tant il sent fort. Jusqu'au jour où Chloé, petite fille de haute lignée, dotée d'une sensibilité exacerbée par son sentiment d'être le vilain petit canard de sa famille, intriguée par Monsieur Kipu, l'aborde pour lui offrir un billet dont, elle en est sûre, il a beaucoup plus besoin qu'elle. Et c'est cette rencontre entre deux personnes que tout oppose en apparence  que raconte ce roman.

Mettant les différents protagonistes dans des situations cocasses ou franchement hilarantes, ce texte aborde finalement des sujets sensibles avec une grande pudeur et beaucoup de subtilité : l'exclusion - réelle ou psychologique - , le besoin - matériel ou affectif - , les relations humaines - familiales ou fraternelles dans le sens large du terme - , les choix de vie - personnels ? ... Sous ses airs de livre drôle pour enfant, ce roman met en scène des personnages choisis, dans les traits desquels chacun peut se reconnaître, ou retrouver un peu de son propre vécu. Deux belles âmes qui se rencontrent, qui se racontent, et qui, envers et contre tout (et contre tous), font en sorte de se sentir bien dans leur monde. Où l'on prend conscience que personne ne connaît vraiment les autres, qu'ils soient loin de notre monde ou tout proches de nous, tant que l'on n'a pas pris le temps d'aller vers eux. Où l'on prend conscience qu'il est primordial de s'arrêter de temps à autres et de prendre le temps de parler, et d'écouter.

Ce texte m'a beaucoup touchée. J'ai beaucoup ri, certes. Mais j'ai aussi dû retenir mes larmes parfois. C'est un très beau roman.

Pour les informations plus "concrètes", il s'agit d'un roman plutôt écrit pour les enfants, mais pour ceux qui lisent déjà bien (263 pages). Ceci dit, en tant qu'adulte, j'ai pris énormément de plaisir à le lire (lecture partagée avec mon fils de 8 ans).

2 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte Auré, je ne connaissais pas et ça a l'air chouette ! On en veut d'autres des comme ça !! :)
    Catherine

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un ptit mot ! :)