samedi 19 avril 2014

Ben Mazué au Rack'am, 14/03/2014

https://www.facebook.com/benmazueofficiel?fref=tsJe l’ai déjà dit, vous le savez : je suis souvent mauvais public pour les premières parties de concerts. Je sais, c’est pas bien, mais j’y peux rien. Le problème, c’est que régulièrement, ils programment des artistes qui n’ont absolument aucun rapport de près ou de loin avec celui pour lequel on a payé notre billet, et bien souvent, ces premières parties n’en finissent plus de se diluer au goutte à goutte dans mes oreilles indifférentes. Je m’ennuie pendant toute la première partie, mais c’est aussi ce qui fait le charme de ces moments où l’on attend avec plus d’impatience que jamais, le cœur battant et la frustration redoublant à chaque nouvelle chanson de La Première Partie, l’arrivée de l’artiste que nous avons vraiment envie d’applaudir.
Et puis, parfois, au milieu de ce magma, on découvre une pépite. Soyons honnêtes : il m'est arrivé déjà plusieurs fois d'apprécier quand même une première partie. Et hier soir était une de ces fois-là. Et j'ai même plus qu'apprécié : j'ai aimé cette première partie.
Un diamant brut a débarqué sur scène. Il a commencé à parler comme ça, sans faire de manières, et il s’est présenté avec une simplicité déroutante. Ca nous a tout de suite mis dans l’ambiance. On avait l’impression de parler avec un pote venu t’expliquer gentiment sa façon de vivre la musique. Petit moment où l’on ne sait pas trop si le spectacle est commencé ou non, mais où l’on se laisse déjà accrocher par les mots, par la voix, par la douce énergie qui se dégage de ce musicien insolite. Et puis il commence à chanter. Il ne se prend pas au sérieux, n’affiche jamais un air sûr de lui, mais toujours un sourire gentil et de grands yeux qui rient. Ses mots se déversent sur nous avec une grande fluidité, on l’écoute et on est touchés. Il a dit dans sa présentation qu’il espérait qu’on pleure avec ses chansons qu’il qualifie lui-même de « chamallow », et on y est presque, aux larmes, avec des chansons qui, loin d’être en guimauve, nous atteignent directement. Et puis il n’a pas que des chansons qui font pleurer, il en chante aussi des drôles, dont notamment une qu’il a écrite pour faire référence à une chanson « culte » d’Oldelaf que nous sommes venus voir, et qui nous fait d’autant plus rire qu’elle amène à une sorte de complicité avec cet artiste étonnant. On passe du rire aux larmes, et on se sent toujours enrobés confortablement dans la gentillesse qui émane de lui sans qu’il fasse autre chose qu’être là. Et puis quand il annonce sa dernière chanson, on n’y croit pas ! Déjà ?! Et les « ooooh » de déception qui fusent un peu partout dans la salle sont sincères. Bien sûr qu’on n’a qu’une envie, c’est de voir arriver Oldelaf pour un concert qui détonne ! … Mais quand même, ce ptit gars nous a tellement plu, on a été tellement touchés par lui et ses chansons, qu’on en aurait bien repris un peu, quand même ! Alors on s’est accrochés à sa dernière chanson, puis, avec classe, il nous a fait appeler Oldelaf sur tous les tons, « pour le faire venir ». Puis il s’est éclipsé… et on a été un peu tristes de ne pas le revoir à la sortie, on espérait bien lui dire tout le bien que l’on avait pensé de ses chansons et de lui.
Ce ptit gars, c’est Ben Mazué. Allez voir ce qu’il fait. Vraiment. Ca vaut le détour !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un ptit mot ! :)